05-06-12

Didier Reynders: un vrai populiste

L'intégration à Bruxelles : un « véritable échec » selon Reynders

Didier Reynders se dit prêt à débattre de l'intégration à Bruxelles. Le vice-premier ministre estime par ailleurs ne pas devoir s'excuser pour les propos qu'il a tenu sur Molenbeek.

Reynders.jpg

 

 

 

 

 

 


30 Mai 2012 - Le vice-premier ministre MR Didier Reynders, qui sera candidat aux communales à Uccle, a affiché sa disposition à débattre de l'intégration à Bruxelles, un sujet qui, selon lui, constitue un « énorme problème » dans certains endroits, notamment à Molenbeek, et dont les politiques ont mené à « un véritable échec ».

Il y a quelques semaines, Didier Reynders avait suscité la polémique en situant Molenbeek à l'étranger. Réinterrogé mercredi sur Bel RTL à ce propos, le chef de file libéral a répété qu'il n'avait pas à formuler d'excuses à cet égard, tout au plus « des regrets pour la manière dont certaines personnes ont pu être choquées parce qu'on a sorti mes propos de leur contexte ».

« Mais je suis prêt, quand on veut, à avoir un débat sur l'intégration à Molenbeek ou ailleurs » affirme le vice-premier ministre. « Je pense qu'en région bruxelloise, mais pas seulement, il y a un véritable échec d'une politique d'intégration dans un certain nombre d'endroits ». Didier Reynders va même jusqu'à affirmer que des « ghettos » se sont créés.

Il soutient donc qu'il est prêt à débattre sur ce qu'il considère comme un « énorme problème».

L'ex-co présidente d'Ecolo et cheffe de file des Verts à Molenbeek, Sarah Turine, souhaite que le MR avance des propositions concrètes à propos de Molenbeek et, plus généralement, de l'intégration des personnes d'origine étrangère à Bruxelles plutôt que de revenir sempiternellement avec le même discours, a-t-elle expliqué ce mercredi.

«Il est clair qu'on ne peut pas mettre le couvercle et dire que tout va bien mais pourquoi être dénigrant? Le MR a tendance pour le moment à surfer sur cette vague avec beaucoup de facilité, sans avancer des propositions » a-t-elle expliqué. La mandataire écologiste se dit disposée à rediscuter de certaines politiques, qui pour une partie ont été une réussite, comme les contrats de quartier, mais n'ont pas réellement abordé la question du lien social, se limitant souvent à de l'occupationnel sans prendre en compte les aspirations des jeunes de certains quartiers. Il manque d'une identité bruxelloise collective, estime encore Mme Turine, constatant que des jeunes se sentent à l'aise dans leur quartier et mal à l'aise dès qu'ils en sortent et, inversement, que des personnes se sentent mal à l'aise dès qu'elles rentrent dans ces quartiers. « On habite pourtant tous la même ville», a-t-elle ajouté. La conseillère communale s'étonne des déclarations de M. Reynders alors que le MR est associé à la majorité à Molenbeek. « Critique-t-il sa propre formation? », s'est-elle demandé.

GM et Belga 

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2012-05-30/l-inte... 



Près de 2.000 SDF dans les rues de Bruxelles

Un recensement a été réalisé.

6 Mai 2011 - Le nombre de sans-abri à Bruxelles est en augmentation, selon le deuxième recensement effectué par La Strada, une association qui vient en aide à ces personnes dans la capitale.

Le 8 novembre dernier, entre 23h00 et minuit, plus de 150 volontaires ont recensé 1.994 sans-abri dans les rues de Bruxelles selon la méthode “one night blitz”.

Lors d’un comptage similaire mené en novembre 2008, leur nombre n’avait atteint que 1.771.

De ces près de 2.000 sans-abri, 329 (17%) dormaient en rue, soit une hausse de 22%.

La grande majorité d’entre eux séjournent en maison d’accueil, dorment dans des asiles de nuit, voire des immeubles abandonnés.

Il est difficile de connaître le nombre exact de sans-abri dans la capitale, mais ce type de recensement ponctuel offre un “ordre de grandeur”, explique Laurent Van Hoorebeke, membre de La Strada.

Nombre de sans-abri souhaitent en effet rester “invisibles” et ne souhaitent donc pas être recensés.

http://www.lacapitale.be/157041/article/regions/bruxelles...

----

Photo: Didier Reynders qui se prépare pour les élections en jouant le populiste. 

De commentaren zijn gesloten.